Création d’un régime québécois d’assurance proche aidant : une nécessité

Alors que la Semaine nationale des proches aidants bat son plein, le Réseau FADOQ réitère l’importance de protéger avec conviction les emplois des proches aidants.

C’est pour cette raison que le Réseau demande au gouvernement du Québec l’instauration d’un Régime québécois d’assurance proche aidant (RQAPA), régime qui serait fondé sensiblement sur le même modèle que le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP). L’idée est de permettre aux proches aidants une meilleure conciliation entre les obligations familiales et professionnelles, comme l’offre présentement le RQAP aux nouveaux parents. Le Réseau FADOQ demande qu’un proche aidant puisse s’absenter jusqu’à 52 semaines avec maintien du lien d’emploi tout en recevant une prestation établie en fonction de son revenu.

« Un proche aidant ne devrait jamais risquer un congédiement en raison de son absentéisme au travail parce qu’il prend en charge un membre de sa famille », souligne la présidente du Réseau FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman.

Selon le Réseau FADOQ, le gouvernement ne doit pas percevoir la mise en place d’un régime pour les proches aidants comme une dépense. Plus de 57 % des proches aidants occupent un emploi, et le manque de mesures de conciliation aidant-travail-famille a des impacts considérables sur l’économie. Au Canada, on estime que 641 millions de dollars sont perdus chaque année en recettes fiscales ou en prestations sociales additionnelles en raison de la réduction des heures de travail des proches aidants et de la perte de productivité liées à leurs absences.

L’apport des proches aidants à notre société est majeur. Pour une personne nécessitant 22 heures de soins par semaine, le proche aidant en assurera environ 16 heures. Des soins qui coûteraient entre 4 et 10 milliards de dollars annuellement. À l’échelle canadienne, il faudrait embaucher 1,2 million de professionnels à temps plein pour remplacer les heures effectuées par les proches aidants.

Dans ce contexte, il est primordial que les proches aidants puissent se concentrer sur leurs responsabilités sans que cela les mène à l’épuisement. Le Réseau FADOQ propose que le régime pour proches aidants s’inspire de la souplesse du RQAP au niveau de la durée et de la rémunération. Présentement, la Loi sur les normes du travail permet à une personne de s’absenter de son emploi durant 16 semaines par année, sans salaire, si sa présence est requise auprès d’un proche. Si un certificat médical atteste que la maladie de la personne est grave, le proche aidant peut s’absenter jusqu’à 27 semaines. Au-delà de cette période, il n’y a aucune protection du lien d’emploi.

Par ailleurs, puisque le RQAP est confié au Conseil de gestion de l’assurance parentale, le régime pour les proches aidants pourrait également être géré par ce Conseil, qui détient une expertise dans ce domaine.

« Notre organisation est consciente qu’il s’agit d’une demande importante, mais nous estimons qu’il existe de nombreuses possibilités pour financer ce programme pour les proches aidants. Le financement pourrait notamment être fait sur la base de cotisations volontaires des employés y adhérant. Entamons ensemble un débat de société à ce sujet », propose Mme Tassé-Goodman.

Source: Réseau FADOQ