Politique nationale des proches aidants : le Réseau FADOQ émet 23 recommandations

À l’approche du dépôt de la première politique nationale pour les proches aidants, le Réseau FADOQ publie un mémoire mettant de l’avant 23 recommandations destinées à répondre aux besoins réels des proches aidants.

Le Réseau réclame qu’une définition officielle du proche aidant soit au cœur de la politique qui sera présentée par le gouvernement de François Legault. Et il est primordial qu’une telle définition octroie un statut juridique aux proches aidants.

« Notre organisation est d’avis que ce statut est nécessaire afin que les proches aidants puissent obtenir certains droits qui faciliteront l’accomplissement de leurs tâches au quotidien », explique la présidente du Réseau FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman.

Présenté à la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, le mémoire du Réseau propose une définition qui est libellée comme suit : « Proche aidant : personne qui soutient gracieusement, fréquemment et à titre non professionnel un proche dans une situation de dépendance temporaire ou permanente due à une incapacité ».

Accès au dossier médical

Le Réseau FADOQ demande que la reconnaissance du statut de proche aidant permette un accès au dossier médical de la personne aidée. Il peut s’agir du dossier du médecin de famille tout autant que du dossier pharmacologique ou encore du dossier dentaire. Une accessibilité directe à ces documents, qui contiennent des informations essentielles sur l’état de santé de l’individu en situation de dépendance, aiderait grandement la tâche des proches aidants.

Révision du crédit d’impôt pour aidant naturel

Le Réseau FADOQ demande au gouvernement caquiste de doubler les sommes associées à chacun des volets du crédit d’impôt pour aidant naturel pour que la somme versée soit de 2 500 $.

« Cette revendication va de pair avec l’engagement électoral pris par François Legault à l’effet qu’un gouvernement de la Coalition Avenir Québec bonifierait le crédit d’impôt pour aidant naturel jusqu’à hauteur de 2 500 $. Ce rehaussement pourrait se faire aisément lors d’une mise à jour économique », souligne Mme Tassé-Goodman. Elle rappelle que 20 % des proches aidants vivent de l’insécurité financière et que leurs responsabilités entraînent une perte de revenu d’environ 16 000 $ par année.

Plus de ressources

Les proches aidants sont constamment sous pression. Le gouvernement doit mettre en place un système qui pourra mieux les soutenir. En ce sens, le Réseau FADOQ insiste sur la nécessité d’allouer suffisamment de ressources en soins et en soutien à domicile afin d’assurer une concordance entre les besoins des aidés et des aidants.

« Les proches aidants ne doivent pas être oubliés dans la prestation de soins de santé à domicile. Leurs responsabilités les exposent à de l’épuisement, de la fatigue, et à des blessures causées par des gestes répétitifs. Ils doivent faire l’objet de suivi de la part de professionnels. Pour l’instant, l’accès à cette aide est trop difficile », déplore Mme Tassé-Goodman.

Le Réseau FADOQ attend impatiemment le dépôt de cette politique nationale. Il est grand temps que le gouvernement prouve qu’il est déterminé à œuvrer à l’amélioration des conditions de vie des proches aidants.

Consulter le mémoire du Réseau FADOQ

Source: Réseau FADOQ