Budget Morneau : où sont les revenus pour les aînés les plus vulnérables?

Montréal –  « Le 4e budget Morneau ne change rien pour les aînés les plus démunis de notre société. C’est un rendez-vous manqué », critique le président du Réseau FADOQ, Maurice Dupont.

Le Réseau FADOQ avait pourtant insisté auprès du ministère des Finances sur l’importance de rehausser le Supplément de revenu garanti (SRG) d’au moins 50 $ par mois par aîné. Alors qu’il a fallu tant d’années avant que le SRG soit plus accessible avec l’inscription automatique, voilà que le plus récent budget du ministre Bill Morneau néglige de préserver de la pauvreté de nombreux Canadiens et Canadiennes.

« Un aîné ayant seulement la pension de la Sécurité de la vieillesse et le SRG continuera de croupir sous le seuil de la pauvreté avec un revenu annuel de moins de 18 000 $. Le Réseau FADOQ ne comprend pas pourquoi le gouvernement n’a proposé aucune solution pour remédier à la situation dans ce budget, critique M. Dupont. Après s’être battu pendant près de six ans pour obtenir l’inscription automatique au SRG, combien de temps le Réseau devra-t-il se battre afin que les prestataires reçoivent le minimum décent ? »

Des gains pour les travailleurs d’expérience

Le Réseau FADOQ se réjouit que le gouvernement ait suivi sa recommandation de rehausser l’exemption de gains associée au SRG afin de la faire passer de 3 500 $ à 5 000 $, tout en instaurant une exemption partielle de 50 % qui s’appliquera jusqu’à 15 000 $ en revenu d’emploi et de travail indépendant.

« C’est un gain majeur, affirme M. Dupont. Le gouvernement prend acte de la nécessité d’agir pour contrer la pénurie de main-d’œuvre qui touche actuellement le Québec. Cette exemption, que le Réseau demandait depuis longtemps, va favoriser la participation des travailleurs d’expérience au marché de l’emploi. »

Les proches aidants restent sur leur faim

Le Réseau FADOQ juge que le budget aurait dû inclure davantage de mesures pour soutenir les proches aidants, eux qui comblent quotidiennement le manque de ressources de notre système public.

« Dans ce budget, le gouvernement Trudeau envoie le signal qu’il est prêt à s’engager le printemps prochain en matière de lutte contre la démence, mais le fait est qu’actuellement, les proches aidants restent sur leur faim », analyse M. Dupont.

En somme, le Réseau se désole que sa demande de doubler le crédit d’impôt pour aidants naturels et d’en faire un crédit d’impôt remboursable ne se soit pas retrouvée dans le budget de M. Morneau. Cette mesure fiscale aurait permis de palier en partie leurs pertes de revenus dues à leurs responsabilités.

« Visiblement, le gouvernement sous-estime le fait que les proches aidants deviendront de plus en plus nombreux au cours des prochaines années, en raison du vieillissement de la population. Ils ont besoin d’aide dès maintenant », soutient M. Dupont.

Vers une meilleure protection des régimes de retraite

Nous sommes satisfaits que le gouvernement prenne en considération les démarches de sensibilisation du Réseau pour protéger les fonds de pension des Canadiens dans les cas de faillites de compagnies.

« Ce sont là des signaux positifs concernant une préoccupation de nombreux Canadiens et Canadiennes, mais le Réseau demeure prudent à ce sujet puisque ça va prendre des modifications législatives importantes avant que cela ne se concrétise », explique M. Dupont.