Le réseau FADOQ

Le plus important regroupement de personnes de 50 ans et plus de la province et LA référence en matière de qualité de vie des aînés québécois.

En savoir plus sur le Réseau

Pour que cesse l’exploitation des aînés

Montréal – « C’est déplorable et préoccupant. » C’est en ces mots que le président du Réseau FADOQ, Maurice Dupont, a réagi aux données dévoilées par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) qui démontrent que plus du tiers des jugements rendus par le Tribunal des droits de la personne concernait une situation alléguée d’exploitation d’une personne âgée ou handicapée.

Une statistique alarmante, d’autant plus que la CDPDJ fait également état d’une augmentation de 55 % des dossiers ouverts en matière d’exploitation des aînés.

Le Réseau FADOQ réclame que des sommes soient allouées afin d’accélérer le traitement des plaintes et des signalements. Il s’écoule présentement 17 mois entre le moment où une plainte est déposée et celui où le dossier est fermé, tel que l’indique le rapport annuel de la CDPDJ.

« C’est trop long. La dénonciation est constamment encouragée, mais encore faut-il que les ressources soient accessibles », déplore M. Dupont.

Le Réseau FADOQ rappelle que le gouvernement du Québec doit donner l’exemple en s’assurant que des soins adéquats soient octroyés aux aînés, notamment en rehaussant les investissements dans les CHSLD et en revoyant le ratio soignant/patient. Les inspections dans les CHLSD doivent aussi être plus fréquentes. De plus, le contrôle et la certification des résidences doivent être faits plus souvent.

Le Réseau FADOQ invite aussi la population à une plus grande sensibilisation à l’égard de l’âgisme. Le Réseau travaille d’ailleurs pour lutter contre la maltraitance envers les aînés par l’entremise du programme Aîné-Avisé.

Toute personne concernée par une situation de maltraitance peut également contacter la ligne Aide Abus Aînés (1 888 489-2287) pour obtenir de l’aide et communiquer avec des intervenants spécialisés dans le domaine.

C’est maintenant qu’il faut agir.

Source: Réseau FADOQ