Fermer X

Réseau FADOQ est le plus important regroupement de personnes de 50 ans et plus de la province et la référence en matière de qualité de vie des aînés québécois. En savoir plus

Pour connaître les produits et les offres dans votre région, veuillez indiquer votre langue et votre secteur.

Choisissez votre langue

Choisissez votre région

ou Trouver ma région par code postal

Trouver ma région par code postal

* Entrez un code postal valide

ou Trouver ma région dans une liste

Fermer X

Réseau FADOQ est le plus important regroupement de personnes de 50 ans et plus de la province et la référence en matière de qualité de vie des aînés québécois. En savoir plus

Pour connaître les produits et les offres dans votre région, veuillez indiquer votre langue et votre secteur.

Choisissez votre langue

Choisissez votre région

ou Trouver ma région par code postal

Trouver ma région par code postal

* Entrez un code postal valide

ou Trouver ma région dans une liste

Le Réseau FADOQ à l’ONU : des revenus adéquats à la retraite, c’est essentiel

Le Réseau FADOQ a participé la semaine dernière à un groupe de travail sur le vieillissement aux Nations Unies qui se penchait sur le contenu d’une éventuelle Convention internationale relative aux droits des personnes aînées.

À cette occasion, le Réseau était partenaire de l’événement intitulé « Bien vivre, bien apprendre – une discussion internationale et intersectorielle sur la sécurité du revenu et l’apprentissage tout au long de la vie ». L’objectif était de sensibiliser les gouvernements et la population mondiale au fait que pour bien vivre, il est important d’être en mesure d’apprendre tout au long de sa vie.

Présent à cet événement, le directeur général du Réseau FADOQ, Danis Prud’homme, a rappelé qu’il y a encore beaucoup d’âgisme au niveau de l’éducation continue et de l’emploi.

« Dans ce contexte, c’est difficile pour les aînés de participer activement à la société. Cet âgisme représente une embûche quand vient le temps d’avoir des revenus adéquats à la retraite. Et ça prend justement une certaine sécurité de revenu pour pouvoir apprendre pendant toute sa vie », a déclaré M. Prud’homme, rappelant qu’un aîné québécois sur deux a un revenu annuel moyen de 20 000 $ et que près de 40 % des Québécois ont besoin du Supplément de revenu garanti.

Cet événement a mis en lumière d’autres statistiques très préoccupantes : 55 % des personnes âgées dans le monde n’ont aucune protection de base en santé et 72 % des personnes âgées dans le monde vivant avec un handicap quelconque ne sont pas protégées.

« Pour toutes ces raisons, le Canada doit appuyer une Convention internationale relative aux droits des personnes aînées. On prend collectivement conscience qu’il y a des lacunes et qu’il faut agir », soutient M. Prud’homme.