Le réseau FADOQ

Le plus important regroupement de personnes de 50 ans et plus de la province et LA référence en matière de qualité de vie des aînés québécois.

En savoir plus sur le Réseau

Pouvoirs élargis des pharmaciens : il faut s’assurer de l’accessibilité financière

Présent en commission parlementaire pour commenter le projet de loi 31 qui vise à modifier la Loi sur la pharmacie afin de favoriser l’accès à certains services, le Réseau FADOQ a demandé au gouvernement du Québec de s’assurer de la couverture par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) des actes cliniques qui seront permis aux pharmaciens par l’adoption de ce nouveau texte de loi.

Le Réseau a ainsi suggéré à la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, de se pencher prioritairement sur les actes qui ne touchent pas l’exécution d’une ordonnance de médicaments.

« Le projet de loi 31 indique clairement que l’objectif est de favoriser l’accès à certains services. L’inquiétude de notre organisation, c’est que cette nouvelle accessibilité ne soit réservée qu’aux mieux nantis de notre société. N’est-il pas inconcevable que le rehaussement de l’offre de soins de santé ne se fasse qu’au profit des individus ayant les moyens de débourser les frais associés aux honoraires des pharmaciens ? », s’est questionnée la présidente du Réseau FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman.

De l’avis du Réseau FADOQ, les actes suivants devront être couverts par la RAMQ : la possibilité de prescrire et d’administrer des vaccins et, en situation d’urgence, certains autres médicaments, de même que l’ajustement ou la prolongation des ordonnances de tous les prescripteurs.

En présentant une accessibilité financière restreinte, l’élargissement du champ d’actes professionnels que les pharmaciens pourraient accomplir selon le projet de loi 31 ne permettrait pas de desservir l’ensemble de la population en matière de soins de santé. En effet, la gratuité de ces services, lorsqu’ils sont offerts dans les établissements du réseau public, ferait en sorte que les hôpitaux, les cliniques médicales et les CLSC continueraient d’être toujours autant sollicités.

Les aînés les plus vulnérables méritent une équité fiscale

Le Réseau FADOQ a aussi profité de son passage en commission parlementaire pour interpeller le gouvernement au sujet de l’échelle de contribution pour l’achat de médicaments des aînés admissibles au Supplément de revenu garanti (SRG).

La contribution maximale en pharmacie s’établit désormais à 54,08 $ par mois pour les gens de 65 ans ou plus recevant un Supplément de revenu garanti (SRG) au taux de 1 à 93 %. En comparaison, une personne qui reçoit un SRG à un taux variant de 94 à 100 % ne paie aucune contribution mensuelle en pharmacie. Le Réseau FADOQ demande donc de changer les échelles de contribution pour qu’il y ait une augmentation progressive de la franchise demandée en fonction du pourcentage de SRG.

« Si l’on tient compte du fait que les revenus du SRG stagnent et que la contribution mensuelle en pharmacie augmente, cette inadéquation réduit le pouvoir d’achat des gens de 65 ans et plus, eux qui consomment un plus grand nombre de médicaments que les autres tranches d’âge », fait remarquer Mme Tassé-Goodman.

Consultez le mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux

Source: Réseau FADOQ